Ici ou là... l'Esprit

arbre et coupe à l'Esprit Saint

"Le vent souffle où il veut, et toi tu entends sa voix…"

Entendre sa voix ? Se laisser saisir par l'Esprit comme un rameau dans la brise ?

J'entends les grands peupliers au bord du Loing, les feuilles vibrantes des trembles, le frisson des chênes comme risée sur la mer…

Entendre Sa voix serait donc rester souple et tranquille, libre de soi, sans inquiétude ? Certainement.

Ecrire une icône commence donc par une disponibilité, que l'on soit chêne ou roseau, et puis…

Rien.

Rien. Encalminée parfois. 

ciel marie aux anges wp

Juste au creux de soi un prénom ou une intention confiée par un inconnu ou un ami. Alors il faut attendre le souffle comme on espère la brise au brûlant d'un été. Sans impatience. Et puis enfin un frémissement, l'être soupire et s'éveille, se laisse "trembler"… et s'écrit alors cette belle traduction d'André Chouraqui : "ceux qui craignent Dieu" deviennent "les frémissants d'Adonaï".

C'est exactement cela : entendre Sa voix, c'est frémir. Devenir frémissement parce que souffle l'Esprit ici, ou là… et la main se fait docile, le regard veille à rester poser sur l'Image, l'âme fidèle s'attache à écrire ou décrire ce qu'elle voit. C'est tout. Rien de plus.

Comme un blanc peuplier qui chante au bord du Loing… 

arbre centré pw